Addictions qui nous veulent du bien ?

Ses addictions qui veulent notre bien. 

Vous vous dites peut-être que j’ai justement abuser de certaines substances. Et bien non vous avez bien lu. Aujourd’hui on entend surtout le discours” c’est pas bien””il faut” “tu n’as qu’à te contrôler”” fais-toi soigner.”

En coaching le problème est pris dans l’autre sens. On pense que l’addiction c’est la meilleure solution qu’a trouvé la personne. Oui vous avez bien lu la meilleure solution.

Imaginez un fumeur il est stressé dans son travail les horaires sont intense qu’est-ce que échange houleux à la maison.

Le stress monte et la meilleure manière que tu as trouvé cette personne faire descendre le stress c’est la cigarette, alcool, une tablette de chocolat.

Et cette addiction est le moyen de survivre. Une partie de vous qui vous veut du bien fumer boire un verre où manger un carré de chocolat de trop..

Et une autre partie de jour se dit c’est pas bien c’est mal ça me fait du mal….

Comment faire pour se libérer de l’addition ?

Il va falloir discuter avec cette partie de vous qui vous veut du bien fait boire manger fumer…

Dans un premier temps le plus important c’est de remercier c’est parti de vous car en toutes ces années elle vous a sauvé la vie oui vous avez bien entendu elle vous a sauvé la vie et vous allez la remercier pleinement car sans cette addiction vous ne seriez peut-être pas là aujourd’hui.

 

Ensuite vous avez pouvoir discuter tranquillement avec cette partie de vous et lui demander pourquoi elle avait ce comportement.

 

Je me souviens d’une personne qui procrastiner en dialoguant avec cette partie de lui qui procrastiner il s’est rendu compte que cette partie de lui qui procrastiner le faisait pour son bien parce que s’il ne le faisait pas il n’arrête pas de courir dans tous les sens et de s’agiter de travailler sans cesse et sans arrêt il a passé un deal avec lui-même de ne pas travailler à certaines heures de la journée pour respecter le besoin de cette partie de lui qui avait besoin de repos de tranquillité de laisser vaquer son esprit d’autres choses. Depuis qu’il respecte ces périodes de repos de laisser son esprit vagabonder des périodes où il travaille il n’a plus besoin de procrastiner.

 

Certains fumeurs fume car cela leur permet de faire une pause et de respirer et que sent la cigarette il ne te sauterai pas à rester 5 minutes dehors sans rien faire.

Trouver ce pourquoi cette addiction  vous êtes utile aujourd’hui et trouver une autre manière de remplir ce besoin.

 

Et c’est une des clés pour sortir des addictions. Quels besoins remplis l’addiction? le besoin de calme, de temps, de fun, de détente, prendre le temps….

Motricité et couche lavable

On me pose souvent la question de savoir si les couches lavables vont entraver la motricité de l’enfant.

Mais les couches sont seulement un facteur dans le développement moteur. Certaine par leur taille peuvent entraver un peu la motricité.

Mais j’ai malgré tout fait le choix des couches lavables pour mes deux enfants. Cela me semblait plus écologique et respectueux de l’environnement.

Je vous laisse visionner cette vidéo de mon deuxième enfant âgé de 6 mois en couche lavable.

Réflexe parachute

Rôle émotionnel du réflexe parachute

Ce réflexe apparaît vers 1 mois et demi et disparaît vers 6 mois. Il intervient dans la perception de la distance de la perception de la profondeur et la création de la distance personnelle et interpersonnelle. Il permet à l’enfant de marcher à 4 pattes.

Ce réflexe est considéré comme un réflexe de positionnement car il prépare le corps à faire face aux obstacles et à effectuer les changements de position du corps.

Il permet au nourrisson d’établir les frontières de son espace personnel. Dans le cas d’un réflexe non intégré, la personne peut préférer garder ses distances et s’isoler des autres mais elle peut aussi avoir du mal à préserver et construire son espace personnel. Elle peut également rencontrer des difficultés dans les jeux actifs ou il faut toucher les autres personnes. Cela nous montre bien qu’un réflexe archaïque non intégré, c’est-à-dire involontaire, peut avoir des conséquences lourdes sur notre vie d’adulte.

Ce réflexe joue un rôle dans le développement correct de l’organisation corporelle afin de pouvoir faire face aux obstacles physiques, au stress émotionnel et il permet traiter les nouvelles informations.

Le réflexe parachute est lié à d’autres réflexes comme le réflexe de moro, le réflexe tonique labyrinthique et le réflexe tonique asymétrique du cou (le principal réflexe de l’apprentissage).

Est-ce que mon réflexe est intégré ?

  • Vous vous surprotégez ?
  • Vous pouvez être agressif ?
  • Vous vous isolez facilement ?
  • Vous avez du mal à protéger votre espace personnel ?
  • Vous avez du mal à recevoir des informations de l’extérieur ?
  • Vous avez tendance à vous réfugier dans votre monde intérieur ?

Vous avez répondu oui à plusieurs des questions, peut-être que vous avez le réflexe parachute non intégré.

Comment l’intégrer ?

Dans la méthode de l’IMP, Paul Landon propose d’abord une intégration tactile sensorielle au niveau des mains. Puis une intégration motrice contre résistance. Ensuite il propose des activités que l’on peut faire seul.

Vous pouvez retrouver tous les exercices dans la formation en ligne, ou bénéficier d’un suivi au cabinet.

 

Devez-vous vraiment prendre du Fer pendant la grossesse?

Cinq jours avant d’accoucher, je reçois un courrier de l’anesthésiste qui me dit que je suis carencée en fer et que je dois prendre un complément. Je souris en me disant que c’est un peu tard. Mais doit-on vraiment compléter en fer ?

Hémodilution

Lorsque vous êtes enceinte, un message hormonal va être envoyé pour fluidifier votre sang puis son volume va augmenter entre 30% et 50% mais la concentration en hémoglobine reste la même. Une étude à grande échelle portant sur 150 000 femmes a montré qu’une hémoglobine entre 8,5 et 9,5 pendant la deuxième partie de la grossesse était associée avec de meilleurs résultats pour l’accouchement.

« Le poids moyen maximal à la naissance chez les femmes blanches a été atteint avec une concentration d’hémoglobine la plus faible pendant la grossesse de 85 à 95 g / l; la plus faible incidence d’accouchement prématuré et de faible poids à la naissance s’est produite avec une hémoglobine la plus faible, de 95 à 105 g / l. Une tendance similaire s’est produite dans tous les groupes ethniques. »

Relation between maternal haemoglobin concentration and birth weight in different ethnic groups.

Steer P1, Alam MA, Wadsworth J, Welch A.

Medecine Darwinenne

Dans son livre “Cro-Magnon toi même” Raymond nous montre, en toute simplicité, mais avec toutes les références scientifiques requises, comment fonctionne la « biologie évolutive ».

Il explique que dans l’œuf tout le fer est concentré dans le jaune et que le blanc ne contient aucun fer. Cela permet de protéger le futur poussin des infections. Car la présence de fer va favoriser les infections.

Il se demande si les femmes enceintes de la même manière et en plus de l’hémodilution ne cachent pas leur fer pour diminuer les risques d’infection.

Une grande partie des femmes enceintes sont complétées en fer sans prendre en compte les effets secondaires (constipation, diarrhée, mal de tête…..) et oublient que le fer inhibe l’absorption du zinc. De plus, la complémentation en fer augmente la présence de radicaux libres que l’on retrouve dans la pré éclampsie. Les femmes enceintes ont besoin d’anti antioxydant comme les fruits et les légumes.

Une autre étude, menée en Italie, démontre que cela augmenterait le risque de risque de diabète gestationnel et d’hypertension.

La conclusion de l’étude est : « La supplémentation en fer est associée à une déficience en glucose et à une hypertension artérielle en milieu de grossesse; ses effets nocifs potentiels pourraient être discutés avec soin quand à son efficacité. »

Iron supplementation and gestational diabetes in midpregnancy.

Bo S1, Menato G, Villois P, Gambino R, Cassader M, Cotrino I, Cavallo-Perin P.

Alimentation

En cas de complémentation en fer une partie du fer se retrouvent en excès dans l’intestin et augmente les radicaux libres.

Pour améliorer la fixation du fer il faut également consommer de la vitamine C. L’ortie contient de la vitamine C et du Fer elle peut être prise tout au long de la grossesse. Vous pouvez la consommer tout les jours en tisane tout au long de la grossesse ou en soupe.

Vous trouverez  également beaucoup de fer dans les algues qui contiennent également beaucoup d’iode qui va jouer également un rôle dans la fonction de la thyroïde.

Vous pouvez également éviter le thé qui va nuire à l’absorption du Fer.

 

prochaines rencontres

Voici les deux prochains ateliers qui auront lieu au cabinet sur la physiologie de la naissance et la physiologie du cycle féminin.
Physiologie et Vortex de la naissance

Bienvenue dans un nouveau paradigme de la naissance.

Où les femmes accouchent et les bébés naissent, dans la conscience, la confiance, et le respect. Où l’accouchement se vit en harmonie, entre science et sacré.

  1. La naissance est un processus physiologique normal, intime et sécuritaire;
  2. La femme a tout ce qu’il lui faut en elle pour accoucher son bébé et le placenta qui vient avec;
  3. Les bébés ont la force et la sagesse de naître.
Le 11 décembre de 9h30 à 11h30 au Cabinet de Grandfontaine
Tarif 50 euros
La symptothermie moderne

Le programme « Contraception Alternative  »constitue une méthodologie de l’efficacité des méthodes de contraception respectueuse du corps, à partir de donner scientifique et des années de recherche sur le sujet.

Nos méthodologies se focalisent sur le « comment marche la physiologie notre corps »

et sur l’efficacité (indice de pearl) des différents moyen de contraception.

Baser sur les travaux du Dr Rotzer et du couple Billings, les méthodes « naturel » n’ont rien à voir avec la méthode Ogino. Des milliers de cycle on été étudié pour arriver à des indices d’efficacités égal à la pilule contraceptive et meilleur que le préservatif.

Objectifs

_________________________________________

  • Comprendre la physiologie du cycle féminin
  • Développer vos capacités d’observation
  • Comprendre les périodes fertiles et infertiles
  • Identifier son ovulation
  • Découvrir les mécanismes du cycle féminin
  • Mobiliser vos ressources personnelles
  • Comprendre l’histoire de la contraception
  • Les signes de la fertilité
  • Découvrir 10 méthode de contraceptions naturelles
  • Découvrir des solutions naturels pour équilibrer vote cycle
  • Développer ou renforcer vos connaissances scientifiques
  • Apprendre à surfer avec votre cycle
  • Développer une confiance dans votre corps et votre capacités à gérer votre fertilité
Le 15 Décembre de 10h à 12h
Tarifs 50 euros
Vous pouvez vous inscrire par retour de capucine.vercellotti@gmail.com ou par téléphone au 0663341528
Au plaisir de vous rencontrez.
Capucine
Adresse:  25 chemin de Meteneau 25320 Grandfontaine

 

Cauchemars de grossesse

 

Si vous avez déjà expérimenter les vrais cauchemars de grossesse vous savez se dont je parle. Se n’est pas le petit cauchemars gentils qui fait un peu peur. Non les cauchemars de grossesse il vous réveils en sueur, il vous arrive les trucs les plus horrible que vous n’aviez même jamais imaginer.
Il vous clou sur place. Et vous espérer chaque soir ne pas y retourner.

J’ai vécu ses cauchemars pour ma première grossesse sans vraiment comprendre de quoi il s’agissait. Je me réveillais paniquer sans vraiment comprendre se qui se passait. J’ai essayer de me rassurer comme je pouvais que se n’était pas la réalité mais juste un cauchemars. Il était tellement réaliste qu’il m’arrivait de douter. Je n’en ai presque jamais parler ne pensent pas qu’il était possible de faire quelques chose.

La Tisane Magique

Quelque année après et suite à une formation sur l’accouchement et la grossesse physiologique on me dit qu’il existe une solution, trop bien!! je suis preneuse. Les cauchemars serait liée à une carence en minéraux, j’avoue je suis septique. Et je ne comprend pas bien le mécanisme qui serait dernière.

Deuxième grossesse re belotte rapidement les cauchemars reprenne. Ok cette fois si je tente l’ortie, après 3 jours d’ortie fini les cauchemars. Et si par malheurs j’arrêtais quelques jours ma super tisane les cauchemars reprenais.

La tisane d’ortie est devenue ma tisane du matin et ma accompagné tout ma grossesse et une partie de mon allaitement.

Les propriétés de l’ortie

L’ortie est un puissant re minéralisant. C’est une des plantes amie de la femme elle est adaptogène, c’est à dire qu’elle nous aide à nous adapter aux changements. Elle est riche en fer et en magnésium.

 

Comment la consommer ?

Laisser la infuser jusqu’à se que l’eau devienne vert foncer. Vous pouvez consommer 3- 4 tasses dans la journée. Vous pouvez également la consommer en soupe. Vous pouvez ramasser l’ortie urticante dans la nature si vous êtes assez éloigner des routes et autres polluants.

Préparer son bassin à la naissance

Préparer son bassin à la naissance

4 ateliers pour avoir un bassin souple.

Notre confort moderne, les chaises, le canapé, la voiture font que nous perdons de la mobilité dans nos articulations.

Lors de l’accouchement le bassin doit bouger comme jamais il n’a bouger sauf pour un précédent accouchement.

Vous souhaitez maintenir votre bassin souple? Vous souhaitez connaître les postures qui favorisent l’avancée du travail? Vous souhaitez connaître les postures qui soulagent ? Et préparer votre corps à la naissance ?

Lors de ces ateliers nous verrons:

  • La biomécanique du bassin osseux
  • Les tissus mous : ligaments et muscles (et leurs influences sur la naissance)
  • Tous les exercices pour maintenir le bassin souple
  • 7 bonnes habitudes à prendre au quotidien
  • Les exercices à faire en couple
  • Comment avoir un périnée fort et souple à la fois
  • Les exercices de « Spinning babies » (expert américain sur le biomécanique du bassin)
  • Les réflexes archaïques du nourrisson lors de l’accouchement.
  • Les 7 étapes de la naissance 

 

Déroulement des ateliers

20mn de théorie puis pratique d’exercices au sol, sur ballon, rebozo…

Dates

29 septembre

20 octobre

10 novembre

24 novembre

(possibilité de faire 1 atelier ou les 4 ateliers)

Horaires :

Samedi de 10h30 à 11h30

Lieu :

Maison de Velotte

Tarifs :

15 euros pour les membres de coccinelle

20 euros pour les non-membres

Inscription :

capucine.vercellotti@gmail.com

06/63/34/15/28

Ostéopathie et trouble de l’apprentissage

Comment l’ostéopathie peut aider durablement les troubles de l’apprentissage de votre enfant ?
Comment en finir durablement avec les troubles de l’apprentissage de votre enfant ?
Comment éradiquer durablement les problèmes…
Comment en finir avec l’échec scolaire de votre enfant ?
Que faire pour aider votre enfant dyslexique ?

Les enfants rencontrent de plus en plus de difficulté à l’école. Le nombre d’enfants dyslexiques est en augmentation et devient un problème de santé publique. Les difficultés de lecture touchent un enfant sur dix en France. Les parents se trouvent souvent démunis face à la situation inextricable de leurs enfants. Ils enchaînent les rendez-vous chez les spécialistes sans trouver de solution durable ni traiter la cause du problème.

Et si l’ostéopathie pouvait aider vos enfants durablement ?

Le lien entre les trouble posturaux et apprentissage

Dès le début du siècle, des chercheurs ont fait le lien entre des troubles moteurs et les troubles cognitifs. En 1911, André Thomas a démontré que les troubles du cervelet perturbaient la coordination motrice et par conséquent entrainaient des perturbations cognitives.

Aujourd’hui, certains thérapeutes orientent leur travail vers le lien entre stabilité postural et trouble de l’apprentissage chez les enfants souffrant de trouble de l’apprentissage.

Des chercheurs, des podologues, des ostéopathes,  des neuropsychologues se sont intéressés à la stabilité du bassin dans les troubles de l’apprentissage et ont montré un lien étroit entre stabilité du bassin et les troubles de l’apprentissage. Une instabilité  du bassin est retrouvée chez 80% des enfants dyslexiques. Et une amélioration du tonus postural va entrainer une amélioration de la vitesse de lecture de 36% en moyenne.

L’enfant en appui sur un pied, doit pouvoir rester stable pendant 10 secondes sans mouvement parasite, ni du haut du corps ni des jambes. Étant moi-même ostéopathe, je propose souvent à mes patients de se mettre debout sur un pied pour enfiler leurs chaussures plutôt que de s’assoir pour conserver leur stabilité postural et une meilleure cognition.

Comment se développe la stabilité du bassin ?

Les réflexes du nourrisson dès la naissance l’aident à faire la transition entre mouvement réflexe et mouvement volontaire. Lorsqu’on offre un appui dans le bassin à un nourrisson cela va déclencher un réflexe de redressement qui va lui permettre de tenir son dos puis sa tête. En offrant un appuis stable dans le bassin l’enfant va se redresser. Cette stabilité est développée chez le nourrisson si on lui offre cette appui dans le bassin puis ensuite qu’il fait son développement moteur seul et vient s’assoir seul….L’enfant ne peut pas développer cette stabilité dans les transats, cosy, poussette… puisqu’il est en appui sur le dos.

Deux chercheurs du nom de Assiante et Amblard ont montré que la stabilité du bassin est un prérequis à l’apparition de la marche. C’est-à-dire qu’il faut que le bassin soit stable avant que l’enfant ne se mette à marcher, sinon il prendra plus de temps à trouver une certaine stabilité pour pouvoir marcher. Cette stabilité est un révérenciel de base à partir duquel s’organise l’équilibre en cours de développement.

L’appui dans le bassin se caractérise par un appui sous les fesses de l’enfant. Cet appui dans le bassin, est retrouvé dans le portage à bras, l’haptonomie et dans le portage en écharpe où un appui au niveau du bassin est offert à l’enfant . Dés les premiers mois, le nourrisson pourra donc développer une bonne stabilité de son bassin. Il sera capable de tenir son dos et sa tête. Il pourra également corriger les déséquilibres pour retrouver sa stabilité. Le fait de porter son enfant dans les bras a une importance capitale sur le développement de son tonus posturale global. Vous pouvez retrouver un article sur comment porter à bras son enfant.

Ensuite l’enfant va se retourner, ramper, marcher à 4 pattes et une fois le 4 pattes maitrisé il va s’assoir seul et cela va de nouveau développer une stabilité dans le bassin. Ensuite il va se mettre debout, avec de l’aide d’abord, puis progressivement pouvoir soulever une jambe et marcher. Et il va continuer le « travail »pour stabiliser son bassin lors de l’acquisition de la marche.

Ostéopathie et dyslexie

Les difficultés pour traiter la dyslexie sont les causes multifactorielles de son apparition. Des publications récentes montrent un lien avec une instabilité posturale et des anomalies de l’organisation spatiale et temporelle. Il existe un lien entre le développement de la posture, le mouvement, la cognition et la dyslexie.

Une étude s’est intéressée à la question de l’efficacité d’un traitement ostéopathique dans les traitements des dysfonctions motrices et cognitives du dyslexique. Les enfants étaient répartis en deux groupes : un groupe qui bénéficiait d’un traitement ostéopathique et un groupe qui suivait un traitement classique avec orthophoniste, podo-posturologue  (prescription de prisme et semelle).

Dans le groupe « ostéopathie » on note une amélioration très significative dès la première séance. Les enfants ont bénéficié de 4 séances d’ostéopathie sur 6 mois en parallèle d’une prise en charge globale (orthophoniste, podo-posturologue).

Sur les 6 mois de traitement les enfants du groupe « ostéopathie » ont vu un gain scolaire de 11 mois contre 4,6 mois pour le groupe « traitement classique ». Le traitement ostéopathique apparait donc relativement efficace en complément du traitement normalement proposé aux enfants dyslexiques.

Équilibre de la tête sur les cervicales

Pour accéder à l’information et ressortir les connaissances que nous avons apprises, nous utilisons le mouvement de nos yeux. Les yeux montent vers le haut pour utiliser la mémoire visuelle, sur le côté pour la mémoire auditive et en bas pour la mémoire kinesthésique (mémoire du corps.

La capacité de mouvement des yeux est bien sûre liée aux muscles des yeux (occulo-moteur) mais également à l’équilibre de la tête sur les cervicales. Plus la tête est en équilibre au dessus des cervicales, plus les muscles des yeux sont libres de bouger. Plus la tête est penchée en avant moins les yeux peuvent bouger. On peut également se poser la question de l’impact des portables sur cet équilibre cervicale, la tête étant plutôt penchée vers l’avant lorsqu’on est sur son téléphone entrainant la mise en tension des cervicales.

On sait qu’il existe un lien entre les muscles cervicaux et les muscles des yeux. Lorsqu’on suit un objet des yeux, le cerveau doit se mettre d’accord avec les muscles des cervicales pour que l’image puisse rester nette. En restaurant une bonne mobilité cervicale et un meilleur équilibre postural, l’ostéopathie va améliorer l’instabilité posturale et la mobilité des yeux.

Rotation de la tête sur les cervicales

Une des études qui avait montré le lien entre dyslexie et ostéopathie utilisait un test de rotation de la tête pour objectiver leur résultat. Après seulement une seul séance d’ostéopathie les chercheurs ont noté une très nette amélioration de la rotation de la tête associée avec une amélioration de la vitesse de lecture.
La rotation cervicale est nécessaire à la coordination visuelle, donc l’enfant a besoin d’avoir les cervicales souples pour pouvoir lire. Grâce à une amélioration de la rotation cervicale, l’ostéopathie permet une amélioration du balayage de la ligne d’écriture. Donc les enfants lisent plus vite  et plus facilement .

Vous pouvez donc effectuer une séance chez l’ostéopathe, puis stimuler le tonus postural de votre enfant par exemple en le faisant tenir sur un pied, sauter à cloche pied, utiliser des planches d’équilibre… Car la motricité va compléter la séance chez l’ostéopathe en aidant le développement cognitif de votre enfant sur la durée. Puis, vous pouvez ensuite lui proposer des exercices pour l’intégration des réflexes archaïques.

Comment savoir si votre enfant à des réflexes non intégrée ? Recevez votre bonus

Vous pouvez retrouver la formation complet sur les réflexes archaïques

Vous souhaitez aller plus loin ? bénéficier d’un coaching privée

Bébés aux besoins intenses et réflexes archaïques

Les Bébé aux Besoins Intenses et réflexes archaïques

Les BABI comme on les appelle sont des bébés aux besoins intenses, ils ont besoin d’être porté; pleurent facilement, et sont très sensibles. Comment les reconnait-on ? Et comment les réflexes archaïques peuvent peut-être être une piste pour les parents ?

Au total, il existe cinq caractéristiques des enfants BABI. Les voici plus en détail.

  1. L’hypersensibilité

Cette caractéristique concerne les enfants qui rient et pleurent fort et ceux qui sursautent facilement. Les enfants BABI sont plus sensibles que les autres d’un point de vue physique et émotionnel. Ils sont souvent irrités, parfois sans raison, montrent une grande émotion et ont une réaction parfois disproportionnée par rapport au problème rencontré.

  1. La réactivité

La réactivité fait référence au comportement de l’enfant BABI lors d’un changement ou face à une chose qui le dérange. Ces enfants sont stimulés avec la faim, un bruit, les odeurs, mais malgré cette stimulation, ces derniers sont capables de rester concentrés sur une même chose pendant un certain moment lorsqu’ils font quelque chose qu’ils aiment et qu’ils ont décidé de faire. Les enfants BABI ont également des réactions soudaines, inattendues et qu’ils expriment fortement. Ils demandent aussi beaucoup d’attention, d’affection et d’écoute.

  1. L’exigence

Les enfants BABI sont exigeants et demandent beaucoup à leurs parents et entourage. Les proches viennent vite à bout de souffle à force de répondre constamment à leurs demandes et exigences.

En répondant rapidement à ses attentes, l’enfant BABI se calme, parvient à gérer son stress et à avoir un comportement plus facile.

  1. L’imprévisibilité

Un enfant BABI est la plupart du temps imprévisible. Si l’on parvient à le calmer lors d’une crise, sa réaction ne sera pas forcément la même la prochaine fois malgré des circonstances similaires. Face à cela, les parents doivent sans cesse trouver des solutions pour intervenir selon ses réactions. Ces enfants se lassent également très vite, ce qui oblige les parents à faire preuve de patience et de créativité. Une recherche qui peut vite épuiser !

  1. Les besoins physiques

Les enfants qui ont des besoins intenses demandent plus de contacts physiques que les autres. Même bébé, ils dorment peu, demandent souvent la tétée et à être dans les bras de leur mère ou d’une autre personne qu’ils trouvent réconfortante. Ces BABI aiment le peau à peau, se faire bercer, être dans le porte-bébé ou se faire caresser les cheveux.

Et les réflexes ?

Toutes ces réactions font penser à des réflexes non intégrés. Déjà in utero l’enfant a des réflexes dès la 5ème semaine de vie on observe des mouvements, appelés rythmie. Les réflexes sont des mouvements automatiques déclenchés par une stimulation kinesthésique, visuelle, auditive, olfactive ou gustative. Par exemple, lorsqu’on met le doigt dans la main d’un bébé il serre le doigt : c’est le réflexe de grasping. Plus tard, il apprendra à relâcher les doigts. Un autre exemple de réflexe : lorsqu’on met le doigt dans la bouche du bébé, il tète : c’est réflexe.

Il existe 70 réflexes dans le corps, ils sont liés à des mécanismes de vie et de survie. Comme l’enfant est immature à la naissance, une grande partie de ses actions sont réflexes, comme les réflexes de fouissement et succion qui vont lui permettre une bonne prise au sein. Puis progressivement les réflexes vont disparaître pour laisser place au mouvement volontaire. Lorsque l’enfant commence à lâcher les objets par terre, c’est son réflexe de grasping qui disparait pour laisser place au mouvement volontaire de lâcher des objets par terre.

Revenons au BABI, cela me fait me fait beaucoup penser au réflexe de paralysie par la peur et au réflexe d’attachement.

Réflexe de paralysie par la peur

Le réflexe de paralysie par la peur est décrit déjà in utero. Ce réflexe évolue en réflexe de moro (lorsqu’on penche la tête en arrière l’enfant ouvre les bras) puis se transforme encore pour devenir le réflexe de sursaut chez l’adulte. Et c’est son évolution normal, mais comme tous les réflexes, certains ne sont pas bien intégrés.

Réflexe d’attachement

 

On le sait bien chez les animaux, il existe une période sensible après la naissance ou le bébé va s’attacher à sa mère et s’il est déplacé, il va s’attacher à la personne qui est proche de lui et le considérer comme sa mère. Chez l’homme, le réflexe est aussi lié au taux d’hormone comme l’ocytocine. Le réflexe est le plus fort dans les 45 mn à 1h après la naissance et se poursuit jusqu’ à 8 à 10 mois.

Ce réflexe participe également au développement de la confiance en soit.

D’après Svetlana Masgutova, le bon branchement des réflexes nécessiterait ces étapes, pour permettre aux différents canaux sensoriels de se brancher.

  1. Tactile : toucher par sa mère. L’enfant à besoin d’être touché par sa mère. Dans certaines vidéos d’accouchement on voit même les mères toucher le visage de l’enfant et le stimuler pour l’aider à prendre sa première respiration.

  2. Vue : voir le visage de sa mère. Ce premier regard unique et magique, cette première rencontre « tu es mon enfant, je suis ta mère ». Mon premier enfant est né en dormant et il a juste ouvert les yeux, m’a regardé l’air de dire « ha, oui c’est bien toi » et à refermé les yeux.

  3. Entendre sa voix. Toute au long de la grossesse l’enfant entend les voix atténuées par le liquide amitotique et la peau. Pour la première fois, il entend la voix de ses parents sans filtre.

  4. Sentir : l’odorat d’un bébé est 17 fois plus puissant que le nôtre et des glandes autour des mamelons vont produire une substance ayant la même odeur que le liquide amniotique ; une même odeur qui va guider le bébé pour aller jusqu’au sein.

  5. Activation du système moteur via la succion. Le bébé est capable grâce à ses réflexes de ramper, de redresser sa tête, de tourner la tête à droite à gauche, de prendre le sein et de téter…

Tous ses sens sont branchés : visuel, auditif, kinesthésique, olfactif, gustatif… la vie commence.

Ces différents événements permettront de faire baisser le taux d’adrénaline et de favoriser l’adaptation du bébé face à ce nouveau monde, inconnu pour lui. Ils permettent également la mise en place du réflexe d’attachement mère/ enfant mais également dans le couple. On sait que l’ocytocine est volatile et que cette très grande production pendant l’accouchement et l’allaitement va participer à l’attachement mais également dans le couple.

Réflexes non intégrés :

Lorsque le réflexe d’attachement n’est pas intégrée cela peut crée une relation dépendante : l’enfant a du mal à rester seul même sur une courte durée, il n’aime pas les changements, il n’apprécie pas d’être laissé à la crèche…

Comme nous l’avons vu les réflexes doivent progressivement maturer et permettre à l’enfant de se séparer de ses parents. Ce réflexe va maturer vers 8 -10mois pour lui permettre d’explorer le monde. Il est normal qu’un enfant de 4 mois soit attaché à sa mère ou son père et ait du mal à rester seul. Il en dépend de sa survie. Les mécanismes de survie ont très peu évolués et si l’enfant est seul pour lui cela signifie « Danger » peut être qu’il y a un ours, une bête sauvage… Donc il utilise la seul communication qu’il connaisse : il pleure.

Le maternage va permettre à l’enfant se se sentir en sécurité, protéger. Le fait de répondre à leur besoin physiologique permet une bonne intégration du réflexe d’attachement L’enfant en sécurité va pouvoir aller librement explorer le monde et se détacher de ses parents. L’enfant va développer un attachement sécure.

Calmer le RPP / renforcer l’attachement

C’est bien tout ca, mais concrètement qu’est ce qu’on peut faire avec ses bébés au besoins intense.

Les réflexes sont intégrer par le balancement, le toucher, et le mouvement.

Portage à bras et en échappe

Porter, porter, porter…. Non votre enfant ne sera pas capricieux il développera un attachement sécure qui lui permettra de voler de ses propres ailes en tout confiance. Porter votre enfant à bras en échappe, danser avec lui, promener vous avec lui.

Massage

Masser le, les jambes, les bras , le dos, la tête fait vous confiance. De nombreuse études on montrer que le massage réduit le niveau de stress et deviez quoi augmente le taux d’ocytocine. Après 20s de câlin les taux d’ocytocine remonte.

Pour en savoir plus sur  les réflexes télécharger le bonus

Et retrouver la formation en ligne

Vous souhaitez aller plus loin ? bénéficier d’un coaching privée

Motricité libre In Utero

La motricité du bébé commence in utero. Le fœtus de 5 semaines commence des rythmiques et des mouvements. Il s’entraîne grâce à ses réflexes, il bouge, apprend à téter et à déglutir, il s’entraîne pour la naissance et à la vie extra utérine.  Des chercheurs ont également montré l’importance du mouvement dans la création des os et des articulations.

Mouvements et articulations

Des chercheurs ont découvert que le bébé a besoin de bouger dans le ventre de sa mère pour débloquer des os forts et des articulations solides. Ils se sont rendus compte que ce sont des interactions moléculaires stimulées par le mouvement qui guident la croissance des cellules de l’embryon et qui construisent un squelette fonctionnel. Mais s’il y a une erreur dans la croissance cellulaire, cela crée des os et des articulations anormaux.

Mouvements de la mère et mouvements du bébé

L’enfant est bercé par les mouvements de sa mère. Ceci est dû à cette dernière qui est active en fin de grossesse ; de ce fait l’enfant va également bouger, activer correctement ses réflexes et donc sa capacité de mouvement.

Des études menées sur des sportives de haut niveau ont aussi démontré que lorsqu’une femme enceinte s’entraîne, le cœur de l’enfant monte avec elle et descend aussi avec le rythme cardiaque de cette dernière.

Nous sommes donc connectés à notre enfant, et heureusement. Mais malheureusement, de plus en plus de mère sont alitées en fin de grossesse, soit parce qu’elles sont fatiguées, soit car elles ont pris beaucoup de poids ou qu’elles ont des contractions qui les empêchent de bouger. A cause de cela, elles vont donc limiter leur mobilité et celle de leur enfant.

femme enceinte

Arrêtez de vous tenir comme les femmes enceintes

Pour moi, l’une des premières choses à faire enceinte c’est d’arrêter de se tenir comme une femme enceinte. Cela peut paraître étrange, mais beaucoup de femmes se penchent en arrière, cassent leur dos et relâchent leur ventre. De ce fait, il est très difficile pour elles de marcher, de se relever d’une chaise ou du canapé. Si vous vous êtes déjà intéressée au travail de Bernadette de Gasquet, vous avez pu découvrir l’importance du transverse ; un grand muscle qui s’attache sur le dos et qui agit comme une ceinture au niveau du ventre. Ceci est notre ceinture dorsale et parfois, par peur d’écraser son bébé à cause de la faiblesse de ce muscle, des femmes ne l’utilisent pas. Or, avec un transverse tonique, le bébé reste plus près de la colonne, il est plus agile dans ses mouvements et souffre moins du dos.

Les contractions de fin de grossesse

Pour cette partie, je n’ai pas d’études scientifiques c’est juste mon expérience de cabinet. Alors peut-être que je me trompe, mais je voulais quand même vous faire part de mes observations. Pour moi, le fait que des femmes contractent en fin de grossesse est lié à des tensions ligamentaires. En effet, l’utérus grandit et les ligaments de cette partie ont du mal à s’étendre. Le bébé manque ainsi de place et l’utérus devient hypertendu. On a d’ailleurs l’impression que le bébé n’a plus de place dans le ventre même à des stades de grossesse assez tôt. Dans ce cas, la femme se plaint souvent de contractions ou de mal de dos et de ventre.

Le bassin et le diaphragme sont également détendus, l’utérus se trouve relâché et les femmes trouvent souvent que le bébé se remet à beaucoup plus bouger. Elles ont aussi moins de contractions et peuvent donc reprendre la marche et être active.

Vous pouvez également masser votre ventre, puis prendre une séance d’ostéopathie.

Mouvements et réflexes archaïques

L’enfant in utero va développer ses réflexes archaïques. Ce sont des mouvements réflexes qui vont lui permettre de s’adapter sur terre et pour cela, il va déjà s’entraîner in utero. Il va s’entraîner à téter, déglutir mais aussi à bouger les bras et la tête. Ces réflexes sont fortement utilisés lors de la naissance et ils vont permettre à l’enfant de naître. Ils vont ensuite lui permettre de faire la transition entre le mouvement réflexe et volontaire.

Ces réflexes sont aussi liés à notre survie et à l’âge adulte, nous les possédons encore : lorsque nous glissons sur une peau de banane, il faut que nous puissions mettre les mains, c’est le réflexe. Ces réflexes vont aussi permettre à l’enfant de prendre le relais en attendant qu’il puisse maîtriser le mouvement volontaire.

L’haptonomie et le chant prénatal

Le bébé déjà in utero est sensible aux vibrations et au toucher ; c’est ce que propose l’haptonomie. On va déjà venir communiquer. Pour cela, il y a le toucher avec son enfant : le bébé va ainsi pouvoir se déplacer et bouger dans le ventre de la mère. Le chant prénatal va de son côté jouer sur la vibration et l’enfant sous l’effet de ces dernières va également développer certains réflexes archaïques mais au niveau de ses oreilles.

Quelles chaussures choisir pour bébé ?

Dans cet article, je vous explique comment choisir les chaussures pour enfant et surtout celles à privilégier lors des premiers pas.

Vous avez peut-être entendu dire qu’il était préférable de privilégier des chaussures souples ? Pendant un certains temps, on affirmait également que les chaussures montantes étaient à choisir du fait de la fragilité des pieds de l’enfant. Mais aujourd’hui, il est plutôt dit que le pied doit se développer. Il est ainsi préférable de choisir des chaussures avec une semelle souple. En effet, en proposant à son enfant des chaussures avec une certaine souplesse, il va pouvoir avoir des contraintes sous le pied et développer sa voûte plantaire.

=> L’idéal reste malgré tout de le laisser pieds nus un maximum et même à l’extérieur (il va progressivement s’habituer à l’herbe qui le chatouille sous les pieds, à marcher sur des cailloux…).

pieds nus enfant

Quelles chaussures pour mon enfant ?

A l’âge où votre enfant devra porter des chaussures pour sortir, vous aurez deux solutions : les paires abordables et les onéreuses.

Pour les chaussures abordables, l’idéal est d’opter pour des chaussons souples ; une solution minimaliste, peu chère et qui protégera les pieds de votre enfant sur le goudron.
Les chaussures de plage/piscine sont aussi une solution peu onéreuse et souple. Vous pouvez en trouver chez Décathlon par exemple.
Du côté des baskets, j’ai moi-même opté pour mes enfants pour des chaussures de danse, qui sont aussi très souples et peu chères.

Des marques proposent également des chaussures minimalistes. Ceci est le cas de Vivobarefoot qui vend des chaussures à partir du 20. La marque MyMayu est également intéressante. Elle propose des bottes avec une semelle souple et une espèce de manchon qui vient s’attacher au niveau des mollets.
Sinon, il y a Happy Little Soles (je ne les ai pas testé, mais d’après les informations disponibles sur leur site, les chaussures sont souples).

 

 

 

Et voici. Vous savez maintenant quelles chaussures choisir pour votre enfant. Sinon, vous pouvez tester toutes sortes de chaussures et vérifier l’épaisseur de la semelle qui doit être fine ainsi que la souplesse de la chaussure (vous devez pouvoir la plier en boule). Si ces deux conditions ne sont pas retrouvées sur la paire choisie, passez à la suivante.Ensuite vous devez vérifier que le talon reste dans la chaussure lorsque l’enfant marche et qu’il se soit pas obliger de crisper ses orteils pour tenir la chaussures comme les dans les tongs par exemples.

Si cela vous intéresse, n’oubliez pas que vous pouvez télécharger gratuitement mon petit livret sur les réflexes archaïques et sur comment la motricité de l’enfant va influencer l’apprentissage.

Comment choisir le matelas pour bébé ?

Aujourd’hui, je souhaite vous expliquer comment choisir un matelas pour les nourrissons et les bébés.

Actuellement, beaucoup de parents se posent la question quant au choix du matelas et aujourd’hui, on parle de plus en plus de plagiocéphalie (lorsque le bébé s’aplatit la tête). De ce fait, les marques en ont profité pour vendre des matelas anti tête plate, des cocoonababy pour les bébés qui pleurent beaucoup ou des hamacs. Parmi tous ces modèles, il n’est pas facile de faire le tri ; j’ai donc souhaité aborder ce sujet afin de mieux vous éclairer.

Conseils pour choisir le matelas pour bébé

Tout d’abord, les matelas « cocoonant » ne sont pas forcément l’idéal, car même si l’enfant est enroulé, ce dernier devra se développer et pour cela, il devra trouver plusieurs solutions autres que celle de rester en boule. Aussi, s’il ne supporte pas de rester à plat, ceci signifie peut-être qu’il ressent des tensions au niveau de son dos ou de ses jambes.

choisir matelas pour bébé

De mon côté, je trouve aussi normal qu’au début un nourrisson ait besoin d’être porté en écharpe ou dans les bras. En effet, lorsqu’il se retrouve par terre, ceci signifie danger et stress pour lui ; le porter permet donc de le rassurer et durant les premiers mois, il est donc logique qu’un enfant soit peu posé par terre.

De plus, si l’enfant a des réflexes très marqués (certains petits peuvent se réveiller rien qu’avec leurs réflexes (après un sursaut, par exemple réflexe de moro)), vous pouvez les atténuer en mettant en place des massages, des mouvements (une formation est à venir sur ce sujet) ou l’emmaillotage. Ces solutions peuvent être adoptées à la place d’un cocoonababy.

Des coussins anti tête plates sont également disponibles, mais pour moi ils sont à éviter. En effet, ces coussins souhaitent créer un trou au niveau de la tête, mais en réalité, ils laissent la tête dans une seule et même position. Ainsi, lorsque le crâne est toujours situé au même endroit, la tête de l’enfant ne peut pas bouger et de ce fait, les risques d’aplatissement augmentent. Pour moi, ce qui est important est que l’enfant puisse bouger sa tête à droite et à gauche. Pour cela, le mieux est donc de choisir un matelas à plat.

Cependant, lorsque des enfants naissent, certains n’ont pas de cou ; ils restent figés et dans la même position. Ici, les risques de s’aplatir la tête sont grands, d’où l’intérêt de consulter un ostéopathe  pour libérer son cou, l’aider à tourner la tête et varier les appuis au niveau de l’arrière du crâne.

 

Pour ce qui est du choix du matelas, je vous conseille donc un matelas simple et plat. Aussi, si votre enfant a des reflux, vous pouvez éventuellement choisir un matelas incliné, mais avant cela je conseille de faire des séances d’ostéopathie. Parfois, les reflux sont aussi dus à un trop plein, dans ce cas là, il est conseillé de lui donner à manger plus souvent, mais en plus petite quantité.

En revanche, si les séances d’ostéopathie et le fait de lui donner plus souvent, mais moins à manger sont des solutions qui n’ont pas fonctionné, vous pouvez choisir un matelas incliné.

Le syndrome fémoro-patéllaire

Aujourd’hui, nous allons traiter le syndrome fémoro-patellaire, autrement dit les douleurs au genou ressenties durant la course à pied. Dans cet article, je fais un point sur plusieurs études réalisées sur ce sujet et je vous explique les différentes solutions pour soulager les douleurs et reprendre la course à pied.

Syndrome fémoro-patellaire : les diverses études réalisées

Dans l’un de ses articles, Jean-François Esculier (qui fait partie de la Clinique du Coureur) défait certaines croyances selon lesquelles les problèmes de genoux seraient liés aux pieds plats, aux genoux entrant vers l’intérieur (ou genoux valgus) ou aux genoux varus (ceux comme Lucky Luke). En effet, ses études démontrent qu’il n’y a aucun lien entre ces positions de genoux et les douleurs ressenties.

=> En cabinet, on constate que les répercussions des douleurs aux genoux se placent au niveau du bassin (les personnes qui ont les genoux varus ont souvent le bassin bloqué avec une incapacité de le tordre de droite à gauche en marchant et les individus ayant les genoux valgus ont du mal à ouvrir la hanche. Pour bouger, ils auront tendance à solliciter leurs lombaires et non leur bassin ; à cause de cela, des douleurs au niveau des lombaires peuvent être ressenties sans pour autant en ressentir au niveau des genoux).

Dans son article, Jean-François Esculier affirme également que les personnes sont équilibrées de par leur forme de genou. Pour ma part, je ne suis pas tout à fait d’accord avec cette affirmation, car je vois des enfants âgés de 2 ans ayant les genoux en-dedans et selon moi, ceci est la seule solution motrice qu’ils ont trouvé pour se tenir debout. Or, celle-ci n’est pas forcément la plus optimale et je suis persuadée que cette alternative peut évoluer au fil du temps. Le bébé grâce à son développement moteur va mettre en place ses courbures de la colonne vertébrale mais également développer ses jambes. Si l’enfant n’a pas fait de ramper ou met c’est jambe en w pour s’assoir il va privilégier certaine chaine musculaire qui vont amener les pieds plat et les genoux en dedans.  Mais il est possible de faire machine arrière en proposant les exercices qui vont amener des jambes équilibrer.

Pas de Ramper ?

Une autre étude a supposé que les douleurs au genou étaient provoquées par un manque de muscle, mais ceci a été démenti. En effet, il a été constaté que ce sont les personnes trop musclées qui présentent le plus de douleurs au genou.

=> En cabinet, on constate qu’un quadriceps trop court et trop musclé entraîne des douleurs aux genoux. Pour moi, il est rare que les douleurs ressenties au genou proviennent localement de cette partie ; il faut donc regarder la posture pour comprendre pourquoi le genou s’est retrouvé avec trop de contraintes.

syndrome fémoro-patéllaire

Souvent, on rencontre aussi des personnes n’ayant pas de pas postérieurs : quand on marche ou court, une partie de la jambe doit passer derrière notre centre de gravité, mais certains individus vont utiliser uniquement le pas antérieur et ne vont pas avoir recours à leur fessier et orteils pour mettre en route leurs pas postérieurs.

Les facteurs de risques des douleurs aux genoux : quels sont-ils ?

  • Déséquilibre entre les charges appliquées et les capacités du corps à récupérer : souvent les douleurs arrivent lorsque les personnes recommencent à faire des intensités, augmentent leur volume, leur vitesse ou lorsqu’elles présentent des problèmes pour récupérer (à cause du stress, du manque de sommeil…). A cause de cette difficulté à récupérer, les douleurs peuvent donc arriver.
  • Modifications mécaniques liées à la chaussure (pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de la clinique du coureur).

Conseils pour reprendre la course à pied et parvenir à gérer ses douleurs au genou

Tout d’abord, il est conseillé de pratiquer une séance d’ostéopathie et il est important de ne pas dépasser 2/10 sur l’échelle de la douleur (0 = aucune douleur, 10 = forte douleur et malaise). Pour cela, vous devez réduire votre vitesse de course et ne pas hésiter à marcher (lorsque vous passez à 3/10, marchez jusqu’à la disparition de la douleur).

douleur au genou

=> La marche fait partie intégrante de l’entraînement et certaines personnes ont intérêt à plus marcher avant de courir. En cas de blessure, la marche est un bon moyen de faire fonctionner le muscle et de continuer à travailler l’endurance sans augmenter les contraintes.

Ensuite,  il est conseillé d’éviter les pentes.

Le mieux est aussi de ne pas ressentir de douleur après l’entraînement et le matin suivant. Dans le cas contraire, il faudra réduire.

Un renforcement des quadriceps et fessiers est également recommandé ainsi que l’augmentation de la cadence de 10% environ.

Courir sans aucun bruit est aussi intéressant, car sans bruit, il y a moins de vibrations au niveau du dos et du genou. Vous allez donc modifier votre foulée pour avoir un meilleur amorti.

=> Pour aller plus loin sur la modification de la foulée, n’hésitez pas à consulter ma formation disponible sur mon site qui vous explique comment modifier votre foulée pour en avoir une plus légère…

Enfin, l’alimentation joue un rôle clé dans les douleurs : si vous mangez sain, votre corps sera capable de gérer l’inflammation.

Conseils supplémentaires pour vous aider à gérer l‘apparition des douleurs

La première chose à vérifier est votre barrière intestinale qui doit être bonne. Vérifiez aussi que vous ne présentez pas d’imperméabilité au niveau des intestins (pour augmenter la perméabilité, le gluten est l’idéal).

Je vous conseille aussi de manger des Oméga 3 retrouvés dans l’huile de noix, noisettes…, de privilégier des aliments alcalins, d’utiliser du bicarbonate ou Enabiane (un complément alimentaire) pour tamponner l’acidité le temps de corriger certaines choses dans votre alimentation.

Comment diminuer les risques de blessures en course à pied ?

Dans cet article, retrouvez les diverses solutions pour limiter les risques de blessures en course à pied. Tout au long de cet article, plusieurs thèmes seront abordés : le mouvement naturel, le reflexe archaïque et la manière dont le mouvement peut nous aider dans notre vie quotidienne.

Course à pied : un sport où les risques de blessures sont fréquents

Tout d’abord, sachez que la course à pied n’est pas un sport traumatique comme le rugby, mais cette activité est celle où les risques de blessures sont les plus importants.

En effet, en course à pied, de nombreux facteurs vont influencer sur les risques de blessures :

  • L’intensité de l’entraînement.
  • Le volume : plus vous l’augmentez, plus les risques de blessures sont importants. Selon certaines études, si vous vous entraînez plus de deux heures, les risques de blessures sont moins fréquents. Mais pour certains individus, les risques de blessures sont moins importants à sept ou huit heures d’entraînement à comparer de personnes s’entraînant trois heures. Le volume varie donc d’une personne à une autre.
  • L’alimentation : si vous suivez une alimentation de mauvaise qualité, votre corps aura du mal à utiliser ses réserves et à tamponner l’acide produit durant un effort sportif.
  • La biomécanique : ici, votre corps va adopter automatiquement la foulée la moins importante, mais ceci ne signifie pas que les risques de blessures sont absents.

douleurs course à pied

La biomécanique varie selon l’individu et dépend des différents traumatismes subvenus durant votre vie antérieure et du développement que vous avez suivi lorsque vous étiez enfant : au fil des années, un enfant développe plusieurs types de courbures, mais si vous n’avez pas suivi le schéma classique de la motricité, il se peut que vous ayez acquis une autre manière de vous équilibrer (certaines personnes ont le dos droit et sans courbure, d’autres ont les genoux entrés à l’intérieur ou à l’extérieur…). Ceci dépend donc des choses faites au cours de l’enfance, du mode de vie adopté (actif ou sédentaire), mais ceci peut changer au cours de la vie.

  • La respiration : lors d’un effort physique, vous produisez automatiquement plus de CO2. La manière de respirer va donc influencer sur l’effort et sur l’oxygénation des tissus.
  • L’hydratation : selon certaines études, l’hydratation juste est celle où vous écoutez votre corps. Cette dernière entraîne de meilleures performances et pour limiter les risques de blessures, il convient donc de savoir écouter les besoins de son organisme.
  • Les chaussures : selon le type, la biomécanique change.
  • Le sommeil.

Aussi, en cas de douleur, il est important de ne pas attendre qu’elle passe, mais de faire des étirements ou de consulter un ostéopathe. En effet, la douleur est le signe que quelque chose ne va pas et il est important de modifier un élément pour la faire disparaître.

course à pied atténuer la douleur

Vous pouvez également anticiper. En outre, si vous constatez un manque d’amplitude sur une jambe ou au contraire si vous remarquez que vous poussez davantage sur l’une d’entre elle, faites quelque chose et n’attendez pas que la douleur se fasse ressentir. Idem si une épaule bouge plus qu’une autre.

Vous savez désormais quels facteurs peuvent influencer sur les risques de blessures et en guise de prévention, apprenez à écouter votre corps et prenez en compte la physiologie de l’effort (quel carburant vais-je utiliser pour courir et lequel vais-je utiliser pour tamponner l’acidité produite ?) Toutes ces connaissances sont importantes et vous permettront de vous maintenir dans un bon état de santé et de limiter les douleurs.

 

5 astuces contre le syndrome pré menstruel

L’endométriose est caractérisée par des douleurs au moment des règles, parfois il n’est pas facile de différencier des douleurs pré menstruelles des problèmes d’endométriose et les femmes tardent à se faire soigner.
La recherche actuelle en médecine classique n’a que peu de solutions contre l’endométriose, pilule ou chirurgie qui ne sont pas sans risque pour la santé.

Les Facteurs communs de l’endométriose.

Il semble que l’endométriose soit liée à plusieurs facteurs, les chercheurs ont cherché à savoir quelles étaient les facteurs communs aux femmes qui souffraient d’endométriose. Car aujourd’hui aucune étude n’a clairement mis en évidence l’ existant sur les points communs des femmes qui souffrent d’endométriose.

Les chercheurs de l’université d’Harvard ont montré que les personnes à la peau noire et les Asiatiques sont moins touchés par cette maladie que les personnes blanches. Les femmes touchées par l’endométriose sont plus grandes et plus minces que les autres.

D’autres chercheurs de l’Université de l’Utha aux États-Unis ont mis sur pied une étude appelée ENDO pour  mieux connaître l’endométriose.

Dans cette étude, ils ont montré qu’il est quasiment certain que la maladie n’est pas acquise in utero mais après la naissance. Une exposition aux composés perfluorés augmente le risque d’endométriose de 90 % et est correlé (à la sévérité de la maladie. Les composés perfluorés sont utilisés pour les surfaces antiadhésives comme les poêles de cuisine et les vêtements imperméables, les emballages alimentaires de plats préparés comme par exemple le téflon ou le Gore-Tex.
D’autres composés vont aussi augmenter le risque d’endométriose comme le lindane, qui est in insecticide, on note une augmentation de 27 %, l’ exposition au béta HCG augmente le risque de 72 % . L’étude montre également de nombreux autre pertubateur endocrinien augmente le risque et la sévérité de l’endométriose.

Tout porte à croire que l’exposition à ces perturbateurs endocriniens augmente fortement le risque d’endométriose et il est possible de dépolluer son organisme en limitant les contacts avec ces polluants et certains compléments alimentaires peuvent également permettre d’améliorer la maladie.

Comment diminuer les contacts des perturbateurs endocriniens ?

Dans la cuisine, préférez les ustensiles en bois et en inox si vous avez des poêles antiadhésives jetez les aux moindres rayures ou préférez les poêles en inox. Évitez bien-sûr les insecticides les herbicides et tous les produits chimiques du jardin. Privilégiez les aliments issus de l’agriculture biologique même si les nappes phréatiques étant polluées ils en contiennent également Vous pouvez également consommer des plantes sauvages.
Évitez également les contenants plastiques.

Les produits naturels

Sans Gluten

Les femmes qui font un régime sans gluten voient leur endométriose s’améliorer même en cas d’ endométriose sévère, c’est donc une option à ne pas négliger. L’intestin en mauvaise état va fabriquer de l’œstrogène qui a été dégradé par le foie. La femme se retrouve après quelques heures avec trop d’œstrogènes par rapport à sa progestérone ce qui va augmenter les problèmes de syndrome prémenstruel et d’endométriose. En supprimant le gluten, les femmes vont réduire l’agression au niveau des intestins et donc réduire leur quantité d’œstrogène.

Vitamine D

Des études montrent également que la complémentation en vitamine D pourrait stopper l’endométriose sur des modèles animaux. Une grande partie de la population est en carence en vitamine D, c’est donc vraiment intéressant de compléter les femmes qui souffrent d’endométriose. Il est possible de compléter en vitamine D à des doses importantes jusqu’à 4000 unité par jour pour avoir un effet sur le cycle menstruel.La vitamine D à également un effet important sur le syndrome pré menstruelle et peut réduire le volume des règles.

Les favonoides

De nouvelles études se sont intéressées à le CGC, c’est un flavonoïde très abondant dans le thé vert. Il a des propriétés antioxydantes très puissantes et on sait que qu’il est capable d’agir sur les récepteurs aux oestrogènes et d’en moduler son action. Les recherches chez la souris ont été concluantes et ont permis de ralentir voir de bloquer totalement la progression de la maladi. Une étude faite chez la femme  ayant un fibrome utérin. Les fibromes ont une éthologie proche de l’endométriose et leur croissance est fortement dépendante des hormones.
Dans cette étude, les femmes ont reçu 80 mg par jour d’extrait de thé vert dont 45 % étaient de l’ECG et au bout de 4 mois les différences entre les deux groupes étaient très nettes : le groupe placebo a vu le volume des fibres augmenter de 24 % alors que l’autre groupe a vu le volume des fibromes diminuer de 32 %. Les chercheurs ont conclu tout simplement que l’ECG est simple, efficace, sans danger et peu coûteuse.

Le CGC n’est pas toujours bien absorbé par le tube digestif et les chercheurs ont montré qu’il est mal absorbé avec une prise alimentaire. Il faut donc le prendre à jeun ou au lever ou 30 minutes avant de manger.

Les tampons, Cup et autres protections

Dans l’endométriose, les femmes ont un reflux des cellules endométriales en dehors de l’utérus les cellules vont sortir  via les trompes et se poser à l’extérieur de l’utérus sur les ovaires sur l’utérus sur le rectum et parfois même plus loin sur les poumons, etc.

Le choix des protections hygiéniques est aussi important en plus des facteurs alimentaires et des perturbateurs endocriniens. Les tampons en plus d’avoir des substances toxiques à l’intérieur va augmenter les reflux du sang lors des règles ce qui est valable aussi avec la Cup à moins de la changer régulièrement. Il existe maintenant également des serviettes lavables en coton qui peuvent permettre de ne pas être en contact avec des substances toxiques. Certaines femmes également optent pour le choix du flux instinctif libre, c’est à dire qu’elles arrivent à gérer le flux des règles sans protection. Je vous ferai peut être prochainement un article sur ce sujet.

 

Endométriose et ostéopathie

Nous souffrons en ostéopathie du manque d’études scientifiques mais je tenais quand même à vous partager le retour d’une ostéopathe qui est également sage-femme et qui suit beaucoup de femme pour  des problèmes d’endométriose. Elle note une amélioration de l’endométriose avec les séances d’ostéopathie, elle travail principalement sur la mobilité du petit bassin, utérus, trompe… Une des règles de l’ostéopathie est que “la règle de l’artère est suprême”  La ou la vascularisation se fait bien l’organe, le muscle fonctionne bien. Est ce que le fait de redonner de la mobilité permet une meilleur fonction de l’utérus?

 

 

J’espère que cet article pourra servir aux femmes qui souffrent d’endométriose. Vous pouvez également retrouver ma formation complète sur le cycle naturel pour en découvrir plus sur la magie de notre cycle.

Comment identifier votre ovulation ?

Comment identifier votre ovulation? Il y a des manières très simples d’identifier votre ovulation qui peuvent permettre aux femmes qui ont des difficultés à concevoir un enfant d’améliorer leurs chances de conception. Les informations de cet article sont pour les femmes qui souhaitent concevoir et celles qui souhaitent utiliser les connaissances du cycle pour la contraception. Vous pouvez également regarder cet article sur la symptothermie.

L’élixir de vie

Sous l’effet de l’oestrogène, après les règles, les femmes vont produire de la glaire cervicale que l’on appelle également élixir de vie. C’est le principal signe de fertilité : pas de glaire = pas de bébé. Le vagin des femmes est tellement acide qu’il va tuer les spermatozoïdes en 30 minutes environ mais, si la femme a de la glaire, alors les spermatozoïdes vont être protégés, nourris et decapacités (c’est-à-dire enlever le chapeau qu’ils ont sur la tête pour pouvoir pénétrer dans l’ovule).
> La glaire va être dans un premier temps de mauvaise qualité, plutôt jaune cassante, puis va devenir de plus en plus transparente et élastique. Plus elle est transparente et élastique plus vous vous rapprochez de votre ovulation. Si vous souhaitez concevoir, alors le jour idéal est le jour où vous avez beaucoup de glaire très fertile. Parfois la femme ne va pas observer de glaire à la vulve mais il est alors possible d’aller l’observer au niveau du col là où elle est produite.

 Sensation de glissement

Lorsque l’on commence à s’observer on va commencer à être beaucoup plus sensible aux variations de notre corps. Vous allez pouvoir être capable d’observer en marchant par exemple si votre vagin est sec ou humide. Les jours de glaire très fertile vous allez pouvoir observer une sensation de glissement qui représente les jours très fertiles.

Ces deux observations : les sensations internes et la glaire sont une représentation de la quantité d’oestrogènes produite par votre corps et on ne peut pas être sûr que vous avez ovulé. La seule manière de valider une nouvelle ovulation est la prise de température basale le matin au réveil.

La température

Pendant la première phase du cycle la température basal (c’est-à-dire le matin au réveil) est basse puis une fois l’ovulation passée la température va augmenter entre 0,2 et 0,5 degrés et va permettre de valider votre ovulation. Il va pouvoir vous donner le reflet de la quantité de progestérone également. Si vous souhaitez mieux comprendre le fonctionnement de la température je vous encourage à acheter la formation “mon cycle féminin au naturel” car il y a de nombreuses choses à savoir sur la température et comment on va pouvoir l’analyser de façon efficace

La vulve

Lors du jour de votre relation vous allez pouvoir observer également votre vulve qui est gonflée. Les vétérinaires connaissent très bien cette notion chez les animaux car ils n’insiminent que si la vulve est gonflée mais chez nous cette connaissance est passée un petit peu à l’attrappe.

Libido

Normalement vous pourrez également observer un pic de libido qui est lié à un taux d’œstrogène élevé. Normalement tout est prévu pour la pérennité de l’espèce et donc pour favoriser le désir au moment de l’ovulation. Vous avez plus d’énergie, c’est le bon moment pour concevoir un enfant si vous en souhaitez un.

Ganglions lymphatiques

Dans le pli de l’aine, à peu près à la moitié du ligament, certaines femmes observent que les ganglions lymphatiques sont gonflés. Personnellement, je n’ai jamais observé ceci mais de nombreuses femmes en ont parlé, elles identifient bien ce ganglion gonflé. Des études on été également faite autour de ce ganglion lymphatique en lien avec l’ovulation.

5 astuces naturels contre le syndrome pre menstruel

De nombreuses femmes souffrent de syndrome prémenstruel que ce soit des douleurs au ventre, au dos, des tensions au niveau de la poitrine ou des troubles de l’humeur, etc. Les femmes mettent plus de 10 ans à consulter pour ce genre de problème. Elle pense que c’est normal, alors que les processus physiologique ne sont pas douloureux comme manger, digérer et avoir ses règles.  Dans cet article je vous explique des choses simples à mettre en place pour réduire le syndrome prémenstruel. 

Déséquilibre oestrogène /progestérone

Dans le syndrome prémenstruel il y a un déséquilibre entre les deux hormones du cycle féminin les oestrogènes et la progestérone. Ce sont ces deux hormones qui nous permettent d’avoir un cycle équilibré et qui permettent à l’ovulation d’avoir lieu, de délancher les règles et toutes les autres choses liées à notre cycle. Dans le Syndrome pré menstruel, les femmes se retrouvent avec un excès d’œstrogène par rapport à la progestérone. L’œstrogène arrive dans la première partie du cycle et permet entre autre la maturation des ovocytes, la progestérone quant à elle est produite par le corps jaune qui est l’enveloppe de l’ovocyte. Une fois que l’ovulation a eu lieu elle permet de maintenir l’utérus en attendant une éventuelle grossesse ou le cycle d’après.

Dégradation de l’oestrogène

L’oestrogène est dégradé par le foie mais si votre foie est en mauvaise état alors il peut avoir du mal à dégrader les œstrogèneset la femme se retrouve avec trop d’oestrogène par rapport à sa progestérone. Et donc cela favorise le syndrome pré menstruelle. Le cycle féminin est le reflet de notre santé et de nombreux paramètres vont influencer son bon fonctionnement. Et le foie a un rôle particulièrement important parce qu’il dégrade les œstrogènes.
Il existe de nombreuses plantes qui peuvent permettre de faire  drainage du foie comme le chardon marie, le pissenlit, le Desmodium…C’est le printemps c’est une période ou on trouve également l’ail des ours un excellent draineur hépatique.  Pourquoi ne pas vous faire une petite salade ails des ours, pissenlit du jardin ?

Les intestins

Si votre foie fait bien son travail il arrive que si votre intestin n’est pas en bon état il re fabrique de l’oestrogène avec notre l’œstrogène dégradé et vous vous retrouvez alors à nouveau avec trop d’œstrogène par rapport à votre progestérone. Les intestins sont décrit comme notre deuxième cerveau, et lui aussi a une influence très importante sur le cycle.
Comme pour le foie, il existe de nombreuses choses naturelles qui permettent d’avoir un intestin en bon état comme réduire les choses qui vont l’agresser.  Si vous êtes sensible, cela pourra passer par l’arrêt du gluten et des laitages et de compléter avec des probiotiques et prébiotiques se trouvant dans les légumes et les probiotiques dans ce qui est lactofermenté comme kéfir, le chou, de la choucroute…

Les perturbateurs endocriniens

Comme leur nom l’indique les perturbateurs endocriniens vont perturber le cycle. Et ces perturbateurs endocriniens vont mimer les oestrogenes et pourront augmenter le syndrome prémenstruel. La pilule est le premier perturbateur endocrinien et contrairement aux autres il est directement ingéré. Il va masquer le problème en cas de syndrome prémenstruel mais il ne résout pas le problème de fond. Les hormones de la pilule sont 50 fois plus dosées que nos hormones naturelles.  Les autres perturbateurs endocriniens sont retrouvés dans les pesticides, on peut également les retrouver dans les meubles, les fauteuils, les vêtements mais également tous les produits cosmétiques : les savons, les shampoings, le maquillage et la crème ….. A l’inverse, vous pouvez augmenter votre quantité d’ aliments bio, de votre jardin.
Vous pourrez retrouver tous les trucs et astuces pour réduire les perturbateurs endocriniens dans la formation complète “le cycle féminin au naturel”.(qui sortira la semaine prochaine, vous pouvez vous inscrire sur le blog pour rester informer)
Personnellement j’utilise la méthode Kaisen : la méthodes du petit pas, j’enlève progressivement , je remplace…Vous trouverez encore chez moi des perturbateurs endocriniens, plastiques…

Les oméga 3

Plusieurs études ont montré que la complémentation en oméga-3 réduisait de 50 % le syndrome prémenstruel pour cela il faut compléter pendant au moins 2 mois voire 3 mois. Ensuite l’idéal est d’avoir suffisamment d’apport en oméga-3 dans votre alimentation. Il y en a dans différentes huile comme l’huile de lin, de chanvre, de noix, de noisettes mais également les poissons comme les sardines, les maquereaux, les anchois… Les femmes ont souvent peur du gras, alors que le gras a un rôle majeur sur le cycle féminin. Par exemple, les hormones sont fabriquées à partir du cholestérol et une femmes trop maigre, ou en sur poids aura également un déséquilibre hormonal. On sait que les femmes anorexiques par exemple n’ont plus de règle mais elles n’ont pas non plus de cycle. L’équilibre hormonal n’est pas toujours évident à trouver trop ou trop peut va influencer négativement le cycle.

L’ostéopathie et le mouvement

L’utérus a des attaches dans tout le bassin par des ligaments puissants : il s’attache au niveau du sacrum  et de la symphyse pubienne qui est l’os qui se trouve à l’avant de votre bassin, si votre bassin manque de mobilité alors l’utérus aura également les mêmes répercussions et moins de mobilité. Une séance d’ostéopathie va vous permettre de réduire les tensions ligamentaire de l’utérus et de redonner de la mobilité à votre bassin c’est qui va réduire le syndrome prémenstruel.
Ensuite, pour conserver cette mobilité retrouvée il est important de marcher, de bouger régulièrement. Vous pouvez également régulièrement vous mettre accroupi, talon au sol puis vous remettre debout, vous pouvez également faire le choix de vous asseoir à côté du canapé pour assouplir votre bassin et vos jambes.

Arrêtez de porter des talons

Les talons vont perturber l’équilibre de votre bassin et si vous êtes déjà sensible à ce niveau alors il est vraiment déconseillé de porter des talons à partir d’un centimètres de talon cela va entraîner une bascule vers l’avant de votre bassin et du coup un autre fonctionnement également de votre utérus

Comment éviter le déclenchement?

Le calcul du terme de la grossesse se fait en fonction de vos dates de dernière règle et la taille du fœtus au moment de l’échographie. Donc s’en suit d’un savant calcul pour un calcul de terme théorique. Lorsque le bébé dépasse le terme prévu la médecine intervient pour déclencher l’accouchement.

Maintenant, on ne parle plus de jour de terme mais de semaine du terme, cela permet une marge de manœuvre plus grande pour éviter trop de déclenchements. Il faut savoir qu’il y a une certaine flexibilité dans cette date butoir. Si on est en bonne santé il n’y a pas de raison que le bébé arrive en avance. C’est normal qu’un bébé arrive à terme.


Si le bébé essaie de sortir avant c’est généralement qu’il y a un problème. C’est le bébé qui décide à quel moment il faut sortir, quand son poumon et ses reins sont mature, il envoie une information à l’hypophyse de la maman pour prévenir qu’il est prêt et déclencher l’accouchement.

Le calcul du terme peut être faux car on prend la date des dernières règles et non pas celle de l’ovulation. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les femmes n’ovulent pas toutes au même moment du cycle, certaines au 11e jour de leur cycle, d’autre autour du fameux 14e jour mais cela peut énormément varier de J- 20 à J-25 et même au 35e ! Sans jeux de mots, il n’y a pas de règle ! Ces grandes variations nous montrent bien que les calculs sont faussés si on prend en compte la date des règles et non pas celle de l’ovulation, qui varient énormément d’une femme à l’autre.

L’observation du cycle peut donc aider à connaître la date réelle du terme. Observer son cycle en prenant ses températures et s’observant permet de connaître la date d’ovulation avec une grande précision et ainsi calculer une date de terme fiable.

Pour ma 2e grossesse, l’échographe avait calculé un terme le 10 janvier (à partir de ma date d’ovulation) et j’avais calculé un terme le 5 janvier avec la symptothermie. J’ai accouché le 6 janvier au matin. On est plus précis avec le terme quand on connait ça date d’ovulation qu’en calculant avec la date des règles.

Comment calculer le terme soit même ? Il faut prendre la 1ère température haute de son cycle et ajouter 266 jours ou prendre le rapport le plus proche de l’ovulation et y ajouter 38 semaines. On fait ensuite la moyenne entre les 2.

Si vous connaissez la date de conception vous pouvez au moins discuter avec le médecin.

Dans cette conférencee Ted, Talithia Williams raconte comment elle a discuté avec son médecin qui voulait la déclencher, en montrant sa courbe de température pour laisser son bébé naître quand il avait envie. A voir !!!

L’étape motrice plus importante que la marche

le retournement

« Quand votre enfant se retourne, vous pouvez déboucher le champagne » Paul Landon

Le retournement est une étape clé du développement moteur de l’enfant. Tous les enfants finissent par marcher mais tous ne se retournent pas.

Le retournement va entrainer l’inhibition de nombreux réflexes comme le réflexe tonique asymétrique du cou, ce qui permettra à d’autres réflexes de s’exprimer. C’est le cas du réflexe de Landau quand le bébé est sur le ventre l’enfant redresse la tête et les jambes comme un avion et le réflexe de Galant qui va permettre à l’enfant de se retourner.

Qu’est-ce qui va influencer le retournement ?

Depuis la naissance, l’enfant va expérimenter des mouvements qui vont le préparer au retournement. Beaucoup de facteurs vont influencer la capacité de l’enfant à se retourner ou non : la manière dont la naissance s’est déroulée, comment l’enfant est porté, comment il est nourrit, la position dans laquelle il est posé lorsqu’il dort.

Expérimenter le plat ventre

L’être humain est le seul mammifère à avoir comme position de référence sur la position sur le dos, que se soit dans les phases d’éveil ou de sommeil, transate, cosy, lit… La position sur le dos va plutôt activer des réflexes de peur comme le réflexe de Moro et de défense. Alors que sur le ventre, l’enfant va pouvoir expérimenter d’autres réflexes, comme relever la tête et le dos cela va favorsiser son développement moteur.

Le réflexe de Landau qui est décrit comme le réflexe de la joie et de la bonne humeur, va permettre à l’enfant pour la première fois de regarder ses parents de manière active. Il va pouvoir commencer à expérimenter la reptation qui va l’aider pour le retournement, le ramper et le 4 pattes. Si l’enfant n’est jamais posé sur le ventre, il ne pourra pas expérimenter ces réflexes. Il faut bien entendu s’adapter à son enfant au départ, l’enfant pourra par ne rester que quelques minutes sur le ventre puis il pourra garder la position de plus en plus longtemps. Le nourrisson a d’abord besoin d’être porté  pour être rassuré, car au départ il associe le fait d’être posé à un danger. Son instinct lui dicte que, par exemple, un lion pourrait venir le manger une fois au sol, c’est pourquoi il pleure pour qu’on le reprenne dans les bras et s’arrête ainsi de pleuré. L’enfant ne fait pas de caprice, ce comportement est lié à sa survie, c’est réflexe.

Varier les positions

Si l’on souhaite que son enfant se retourne, il est possible de varier les positions d’éveil sur le ventre, sur le dos, sur le côté en fonction de son enfant. Je me souviendrai toujours d’une patiente à qui j’ai posé la question :  « comment couchez-vous votre enfant? ». Qui m’a répondu : « Je ne sais pas, quand il a envie d’être couché sur le côté, je le couche sur le côté, quand il a envie d’être sur le ventre, je le mets sur le ventre et s’il a envie d’être sur le dos alors je le mets sur le dos ». « Le bon sens près de chez vous » comme dirait ma mère.

Observer son enfant et lui proposer ce dont il a besoin est primordial. Il est certain qu’un enfant de 1 mois ne supportera sans doute pas très longtemps la position sur le ventre. Mais quelques minutes sont suffisantes pour expérimenter plein de choses : tenir sa tête, faire travailler son dos et informer son cerveau.

Le portage

Le portage à bras ou en écharpe va également stimuler les canaux vestibulaires responsable de l’équilibre. On sait que les bébés africains portés marchent avant les enfants européens. Ils sont portés plus et plus longtemps et leur cerveau se développe lorsqu’ils sont ballottés de droite à gauche dans le dos de leur mère.

La manière dont on va porter l’enfant et les appuis qu’on va lui proposer vont influencer ses capacités motrices. Lui proposer un appui au niveau du bassin va lui permettre d’expérimenter la gravité, la capacité à se redresser et à contracter les muscles de sa colonne.

Si on lui laisse la liberté, l’enfant va expérimenter depuis sa naissance la capacité à tenir sa tête, à lutter contre la pesanteur, à mobiliser son dos, ses bras et ses jambes. Katy Bowman, spécialiste de la biomécanique humaine, nous parle des « frozen babies », des bébés gelés ou figés sur place, on a l’impression que lorsqu’on les pose par terre ils ne bougent pas, qu’ils sont bien sages la tête dans l’axe, les bras écartés et les jambes. Les enfants sont vivants et c’est normal qu’ils agitent leurs bras, leurs jambes et qu’ils cherchent à bouger, gigoter, se tortiller lorsqu’on les pause. Si ce n’est pas le cas, il est peut-être intéressant d’utiliser le bain thérapeutique de Marie Fortin pour libérer les cervicales et d’utiliser la routine motrice, le massage et les étirements pour libérer le corps de l’enfant afin qu’il exprime toute sa motricité.

Le retournement est une transition entre le dos et le ventre et il est plus facile pour l’enfant de se retourner du côté sur le dos ou du côté sur le ventre que de faire un demi-tour complet. Je conseil souvent de poser également l’enfant régulièrement sur le côté.

Je conseille souvent aux parents une visite chez l’ostéopathe autour de trois mois, avant que l’enfant ne se retourne, pour être sûr qu’il puisse passer par cette étape motrice et que rien ne va l’entraver, qu’il n’existe aucune tension que ce soit dans son cou, ses jambes, son bassin ou son thorax.

Les réflexes autour du retournement. 

Le réflexe tonic asymétrique du cou (vous pouvez regarder la vidéo pour en savoir plus) ou le réflexe de reptation qui permet à l’enfant de ramper.

D’autres réflexes vont aider l’enfant à maintenir la position sur le ventre, comme le réflexe de landau décrit comme le réflexe de la joie et la bonne humeur. Pour la première fois l’enfant va regarder ses parents de manière active, il va lever la tête les bras et les jambes il fait l’avion c’est le réflexes de landau.

Pendant la grossesse, le réflexe de Galant permet à l’enfant de se retourner tête en bas. Il permet également à l’enfant de cheminer à travers le bassin se sa mère. Ce réflexe se déclenche in utero grâce aux sons et aux vibrations. C’est l’occasion de chanter, écouter de la musique…

A éviter

Certains réflexes vont à l’encontre de ces réflexes car se sont des réflexes dont l’enfant aura besoin plus tard. C’est pour cela qu’il faut éviter de stimuler un enfant au niveau de ses pieds. Souvent, les papas aiment bien « jouer » avec le bébé et lui proposer un appuis sur les jambes « et hop on saute !» et l’enfant rigole Souvent, les parents me disent : « mais il aime bien ». Malheureusement, cela va entretenir de nombreux réflexes au niveau des jambes et des pieds que l’enfant a besoin de perdre pour acquérir, plus tard, la marche volontaire et non réflexe. Un enfant, à qui on propose un appui sur les pieds, va se raidir comme un bout de bois : c’est un réflexe. Plus on entretient ces réflexes, moins l’enfant pourra utiliser ceux dont il a besoin pour se retourner.

 

Pour aller plus loin vous pouvez découvrir la formation en ligne pour les enfants entre 6 et 10 ans ayant des réflexes archaïques non intégrer.

“Accouchement les femmes méritent mieux” de M.H Lahaye

 

C’est le livre de Marie Hélène Lahaye sage-femme et juriste qui nous propose un état des lieux de l’accouchement en France aujourd’hui et de toutes les croyances autour de l’accouchement.

Je ne comprenais pas pourquoi alors que la péridurale n’a que 50 ans 80 % des femmes l’utilise aujourd’hui. Est-ce que les femmes ne savent plus accoucher par elle-même? où est-ce que l’environnement n’est plus propice pour des accouchement physiologique ?
Grâce à son livre je comprends mieux les enjeux autour de l’accouchement et peur des femmes et l’organisation des soignants qui les oblige à utiliser un « fordiste à La chaîne.»

Marie-Hélène Lahaye n’y va pas avec le dos de la cuillère lorsqu’elle parle d’accouchement elle reste dans le thème qu’elle avait dans son blog “Marie accouche la” franche, direct et percutante.
Son livre ne va pas plaire à tout le monde, je crois qu’elle a le mérite de dire les choses, je ne pense pas que ce soit un livre fait pour les femmes enceintes ou peut-être celles qui ont subi des violences obstétricales pour mieux comprendre.

Dans la vie rien est à craindre tout est à comprendre Marie Curie

Elle nous parle de la peur comme arme de soumission c’est vrai que à l’hôpital lorsque l’on souhaite quelque chose qui sort un petit peu des protocoles nous évite brandy mais «c’est pour la sécurité de votre bébé ou de vous.» Et forcément tout mère à peu près normal, si on lui dit que c’est pour la sécurité de son enfant, cède à la demande du professionnel.

«Au nom de la sacro-sainte sécurité qui est en contradiction avec les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé les instances médicales perturbe la mécanique fine du processus naturel en imposant des contraintes physiques relevant de la torture position inadéquate et douloureuse immobilité injection chimique interdiction de boire et de manger pendant de nombreuses lumière aveuglante dans le visage de l’intimité voir mutilation diverses.»M.H Lahaye

La grossesse et l’accouchement sont vu par le prisme de la pathologie nous sommes le seul pays à considérer un accouchement normal seulement a posteriori pourtant l’accouchement est un processus physiologique les études estime que dans 90 % des cas la naissance et physiologique.

Accouchement physiologique vs accouchement médical

Dans son livre elle nous décrit l’accouchement physiologique lorsque les bonnes hormones sont en route que la femme sécrète de l’ocytocine et de l’endorphine sont un puissant antidouleur naturel quelle ne se sent pas observée. La femme avec une lumière tamisée peu de bruit, peu de soutien et libre de ses positions peu expérimenté un accouchement physiologique car finalement l’accouchement n’est qu’une série de phénomène biologique autonome uniquement par une succession de réflexe. Et si on l’on ne le perturbe pas et qu’on permet à la femme d’inhiber son néocortex et que la femme ne produit pas d’adrénaline alors la naissance se passe pour le mieux.

Et ensuite le comparatif avec l’accouchement à l’hôpital où tout est standardiser et vous devez rentrer dans les cases en heures minutes nombre de cm de dilatation si vous ne rentrez pas dans les cases vous rentrez dans le protocole péridurale, ocytocine, monitoring, épisiotomie…Elle décrit le travail des sages-femmes comme consistant à gérer la vitesse d accouchement qui se déroule en parallèle afin que les naissances ne se produisent pas au même moment en ajoutant de l’ocytocine ou en diminuant les doses de l’autre afin d’organiser la cadence.

Ensuite elle nous remet à notre juste place de mammifère en comparaison l’accouchement des animaux et l’accouchement des femmes la consigne est communément admis de. «On ne touche pas une femelle qui met bas au risque de perturber la parturition»

Les croyances elle démonte une à une toutes les croyances que nous avons autour de la naissance qu’il y a plus de risques en accouchant à domicile que notre bassin ça fait trop étroit pour accoucher incapable d’accoucher et que nous ne pouvons pas gérer la douleur. Le mythe de l’accouchement qui dérape en quelques secondes.

Accouchement à domicile

Elle nous défait aussi les croyances autour de l’accouchement à domicile qui serait risqué les études montrent que seulement 16 pourcents des accouchements domicile sont transférés et pas pour des risques de mort imminente mais pour des stagnation de dilatation du col ou des expulsions prolongé.

On apprend dans son livre que la mortalité maternel et foetal a chuter bien avant que les femmes majoritairement accouche à l’hôpital dans les années 50 et c’est l’amélioration de l’hygiène l’arrivée des antibiotiques et l’amélioration de la césarienne qui ont permis de faire chuter la mortalité infantile .

« en 1950 la France comptait 86 décès maternels pour cent mille naissance de nos jours il a moins de 10 pour 100 000 naissances. Dans l’immédiat après-guerre les trois principales causes de décès maternels était la fièvre puerpérale( 26 décès 100 000 naissances) complication de l’hypertension (22 deces pour 100 000 ) et les complication de l’avortement (17 deces pour 100 000). »

Reste aujourd’hui des hémorragie de la délivrance et les complications obstétricales qui sont les principales causes de décès les dernières recherches de l’Inserm on conclut que la moitié des décès sont le résultat de non optimaux c’est-à-dire non conforme aux recommandations de pratique vos connaissances actuelles.

L’injection d’ocytocine augmente le risque de démarrage de la délivrance par 5 et sachant 50 % des femmes reçoivent de l’ocytocine de synthèse pendant le travail il y a de quoi se poser des questions.

Bref elle démontre toutes les croyances autour de l’accouchement l’interdiction de manger déposition le monitoring on continue tout le protocole et décortiquer et pas si obligatoire que ça.

Triangle victime Sauveur bourreau

Quand je lis son livre cela fait un petit peu peur et cela ne donne pas vraiment envie d’accoucher aujourd’hui. Mais en prenant un petit peu de recul j’ai repensé le triangle de Karpman c’est dans un triangle dans lequel nous tournons tous plus ou moins présente tour à tour le rôle de victime Sauveur ou bourreau.

Il est facile pour un soignant de prendre le rôle de sauveur laissant la place libre pour la victime ou le bourreau. Si nous prenons la place de victime nous laissons forcement la place pour les deux autres.  Ce sont les femmes qui accouche qui prenne la place de victime dans ce livre et les soignants tour à tour sauveur ou bourreau “Je vais vous sauver d’une mort certaine grâce à moi vous et votre bébé allez bien” et de l’autre côté nous avons les femmes qui crie au grand dam des violences obstétricales.

Et si les femmes n’ont pas envie de jouer les victimes elles vont prendre le rôle de bourreau et être infernal avec le personnel médical et c’est les soignants qui vont se retrouver dans la position de victime et tout ce petit monde tourne joyeusement dans le triangle. la question est comment sortir autant pour les soignants que pour les femmes

Sortir du triangle

Ma cousine un sage-femme et un jour elle m’a dit mais tu te rends pas compte toi il y a des femmes elles veulent pas accoucher moi je fais comment?

Comment rendre les femmes indépendantes et responsable de leur accouchement? et comment trouver les accompagnant qui vont respecter notre projet?

La vie n’est pas un long fleuve tranquille. Et des femmes ont décidé de prendre leur vie en main et leur accouchement, d’accoucher par elle-même de faire 400 kilomètres pour trouver la sage-femme qui va les accompagner convaincre un médecin une sage-femme de les accompagner de franchir des frontières pour vivre pleinement leur projet. On nous a appris à des gentils petite fille à être bien sage, et à mettre les pieds dans les étriers et pousser.

Les soignant aussi sorte du triangle et décidé d’accompagner les femmes pour des accouchement à domicile malgré le manque d’assurance, d’autres ont fait le choix de les accompagner avec l’hypnose la sophrologie leur bienveillance. Offrir la confiance dont les femmes ont besoin ou juste faire du tricot comme dit Michel Odent.

Je crois profondément que nous faisons toujours du mieux qu’on peut en fonction de ce que nous pouvons et de nos connaissances.
Dans une relation nous sommes toujours responsable d’une partie de la relation.

Je terminerai par cet article par mon expérience personnelle lors de mon premier accouchement j’ai posé une question à ma sage-femme et connaissant bien la biomécanique du bassin je lui ai «Comment je fait pour accouché a 4 pattes?» elle me répondit «tu te positionne il ne viendrons pas te retourner» Conseils appliquées a la lettre.

Le livre de Marie-Hélène Lahaye étant le féminisme dans le monde de la naissance et nous en avions bien besoin.

Une boite d’allumette 7 apprentissages spontanés

Une boîte d’allumette 7 apprentissages spontanés

L’apprentissage est partout tout autour de nous, et si nous laissons nos enfants être curieux et découvrir le monde, ils sont capables d’extraire des apprentissages de n’importe quelle situation.
Il y a quelques temps, mon mon fils de 5 ans et demi a souhaité apprendre à allumer des allumettes. Nous sommes donc allés au magasin acheter des allumettes et nous avons trouvé un pack de 4 boîtes d’allumettes.

Au cours de cette journée, Augustin à bénéficié de 7 apprentissages grâce à ces boîtes d’allumettes, du moins 7 que j’ai observé. Il est fort probable qu’il y en ait eu beaucoup plus. J’ai eu envie de les partager avec vous.

1er apprentissage : compter

Dans la voiture Augustin pris le pack de 4 boîtes d’allumettes puis il me pose une question : “maman, 2 x 4 ça fait 8 ?” Je lui réponds “oui pourquoi ?”, sa réponse m’a alors bluffé : “c’est facile, il suffit de compter les côtés de la boîte.” alors je lui pose la question suivante : “et alors 3 x 4 ça fait combien?”. Et le voilà parti dans le comptage des côtés des boîtes, la réponse ne se fait pas attendre : “ça fait 12”, nous voilà parti pour des mathématiques improvisées “et 4 x 4 ça fait combien ?” c’est reparti, il compte. 4 fois 4 ça fait 16. Nous avons enchaîné sur quelque autres multiplications.

2e apprentissage : motricité fine

Une fois rentrés chez nous, Augustin a donc essayé d’allumer des allumettes. Il a utilisé une boîte entière d’allumettes pour s’expérimenter : gratter l’allumette, allumer une bougie, éteindre la bougie en soufflant ainsi de suite. J’ai observé la dextérité de ses doigts pour allumer les allumettes, j’étais vraiment impressionnée qu’à 5 ans il soit déjà capable d’allumer aussi bien des allumettes et d’être aussi précis.

3e apprentissage : le danger

Avant de le laisser utiliser des allumettes tout seul, nous avons quand même pris le temps de discuter des dangers du feu. Qu’est-ce qui brûle ? Qu’est-ce qui brûle pas ? Sur quelles surface s il peut allumer ses allumettes sans danger, etc. Par exemple, il s’est rendu compte de lui même qu’il fallait souffler l’allumette suffisamment tôt pour ne pas se brûler les doigts.

4e apprentissage : le souffle

Il est important, pour les enfants comme pour les adultes, de savoir gérer sa respiration. Elle joue un rôle prépondérant dans de multiples fonctions dans le corps. Cela va permettre un bon fonctionnement du diaphragme et du transverse, ce qui aura une incidence sur la digestion, la circulation circulation sanguine, etc. De plus, la respiration a pour conséquence de muscler nos lèvres, elles auront alors un rôle de guide pour les dents et participeront à la création des des sinus. Bref, gérer son souffle est vital et souffler des bougies est un très bon exercice.

5e apprentissage : le soufre et les volcans

Forcément, utiliser des bougies a fait éclore de nombreuses questions, comme par exemple, comment sont faites les bougies. Sur le coup, j’ai eu un trou de mémoire, c’est mon père qui était présent ce soir là qui lui a parlé du soufre. Il nous a fallu ouvrir un livre sur les volcans pour lui expliquer comment étaient faites les allumettes.

6e apprentissage : la chimie

Mon fils a également découvert un peu de chimie en découvrant que les bougies fondent à la chaleur et qu’elles redeviennes solides au froid.

7e apprentissage : allumer un feu

Après avoir vidé deux boites d’allumette, quelques jours plus tard il était temps de passer à l’étape supérieure, c’est à dire d’allumer un feu. Le voila donc parti à mettre du bois dans la cheminée, du petit bois, du papier et à ‘allumer un feu un vrai pro.Les gestes était précis et prudent.

 

Je n’avais jamais osé écrire sur l’apprentissage voila qui ai fait. J’ai fait le choix pour mes mes enfants de l’apprentissage informel, je vous en parlerais peu être un peu plus prochainement.

 

N’hésitez pas à partager et vous inscrire .